Les echafaudages en bambou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les echafaudages en bambou

Message  Christophe le Mar 2 Fév - 19:57

Les échafaudages en bambou


La construction chinoise a su profiter des caractéristiques particulières du bambou en l’utilisant comme matériau et comme matériel de construction. Les échafaudages constitués de cette fameuse graminée frappent toujours les visiteurs étrangers.


Bambou ou Acier?


La structure tubulaire d’un tronc de bambou permet d’obtenir une résistance et une légèreté exceptionnelles pour les échafaudages. Et pour preuve, chacun de ces gratte-ciel chinois, parmi les dix plus hauts du monde, ont utilisé ce matériau pour leur construction :
- Two International Finance Center (416m),
- Central Plaza (374 m) de Hong-Kong,
- la Jin Mao Tower (421 m) de Shanghai,
- le Shun Hing Square (384 m) Shenzhen,
- le Citic Plaza (391 m) de Guangzhou (Canton).



La vitesse de construction de ces échafaudages et leur coût font de leur utilisation une évidence pour les constructeurs chinois et les commanditaires. De plus, l’humidité ambiante de cette région et la présence tout à fait habituelle des cyclones tropicaux prouvèrent très rapidement que lorsque l’échafaudage de bambou se mettait à tanguer dans tous les sens, l’échafaudage en acier était déjà par terre depuis la veille, provoquant, de plus, des dégâts humains et matériels considérables. Depuis, dans toute la Chine du Sud et dans tout le sud-est asiatique les bétonneurs font désormais confiance aux spécialistes de l’échafaudage ancestral.

Certains constructeurs, influencés par les méthodes occidentales les plus modernes, ont tenté il y a quelques années, de remplacer ces échafaudages par des matériaux et des techniques plus performants et moins anachroniques. Cela a immédiatement multiplié le coût de la main d’œuvre par deux ou trois et notablement ralenti les travaux.



Un véritable savoir-faire

Larges et hauts parfois de plusieurs dizaines de mètres, ils sont présents partout. Le plus étonnant tient à leur système d’assemblage. Chaque croisement entre deux ou trois tiges de bambou est assuré par de simples morceaux de ficelles. Au sol, l'embase des tiges est coupée en biseau. Le poids entier de l'échafaudage repose donc sur les pointes de chaque branche. Leur apparente simplicité cache en fait une structure de montage complexe. L'assemblage est composé de bambous horizontaux et verticaux, avec des contreforts transversaux. Les installations sont ensuite habillées de toiles vertes ou de plastique pour éviter les chutes de débris liés aux travaux sur la chaussée.
Un échafaudeur se doit de connaître une bonne trentaine de nœuds et ligatures essentielles dont certains ne pourront être défaits qu’avec un coupe-coupe chauffé à rouge.


Christophe
Conducteur de site
Conducteur de site

Messages: 53
Date d'inscription: 27/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum